Normaliser l’anormal

« Nouveau normal » : buzzword officiel de l’année 2020. Une expression qui rassure politiciens et marketeurs dans un monde où l’anormalité risque d’être le mot d’ordre pour quelques trimestres encore.

Chez Cartier, on se demande : pourquoi vouloir normaliser ce qui est anormal, alors qu’on se bat depuis des années pour briser le statu quo ? Combien de fois avons-nous souhaité voir l’innovation technologique s’accélérer, voir l’inclusivité prendre une plus grande part de nos discussions ou encore voir le sentiment de communauté renaître dans notre société de plus en plus divisée par les écrans ?

Pour éviter que la poussière retombe et qu’on replonge par le fait même dans nos vieilles pantoufles juste à temps pour l’arrivée du froid, nous sommes allés à la recherche de macro-tendances qu’on a vues naître au terme des 9 premiers mois de 2020.

Une communauté à échelle humaine
Malgré la distanciation, on a vu des liens forts se tisser entre les communautés qui vivent à proximité autant qu’entre celles qui se côtoient habituellement moins bien. Vivre des moments difficiles tous ensemble nous rappelle que nous souhaitons, ultimement, tous la même chose : vivre librement, en santé et bien entourés.

Les questions à se poser : Comment ma marque pourrait ouvrir le dialogue avec de nouveaux groupes ou de nouvelles communautés ? Quelles valeurs avons-nous en commun ? Quels partenaires pourraient me permettre d’entrer de manière crédible et authentique sur leur radar ? Ouvrir de nouvelles conversations nécessite une capacité d’écoute et d’adaptation, mais les insights révélés pourraient mettre en lumière de nouvelles opportunités, et même influencer la stratégie de commercialisation.

Une confiance à redéfinir
En temps de crise, la confiance peut se concrétiser comme s’effriter. Dans ce contexte, les bottines qui suivent les babines sont d’autant plus essentielles puisque l’action concrète devient la meilleure preuve du dévouement d’une marque pour ses clients.

Les questions à se poser : Au-delà de leur fournir mes produits et services, quel rôle puis-je jouer dans le quotidien de mes clients ? Comment puis-je les supporter, alléger leur quotidien ou encore les aider à se reconnecter entre eux ?

L’achat activiste
Quand le monde est en crise sociale et sanitaire, le futile n’a pas sa place. La raison d’être des marques joue un rôle de plus en plus grand alors que la population réalise qu’elle vote avec ses dollars. Chaque dollar dépensé fait de nous un supporteur de l’économie locale, de l’environnement, des communautés marginalisées… Les marques qui le comprennent et l’adressent d’une manière authentique en ressortent gagnantes. Selon une étude Google, la compréhension des besoins humains est 18 % plus importante pour l’intention d’achat et 29 % plus importante pour le brand love que ce que les consommateurs laissent paraître.

Les questions à se poser : Ma marque peut-elle contribuer à reconstruire une normalité empathique, inclusive, consciente ? Comment les actions que ma marque pose aujourd’hui (dons, commandites, initiatives publicitaires) peuvent instaurer les premières assises vers la construction d’une mission plus significative dans un monde qui normalise l’anormal ?

Qu’est-ce que ça veut dire pour la suite?
Malgré les marchés plus lents des derniers mois, c’est le moment mettre les bouchées doubles non seulement pour rattraper nos revenus, mais également notre pertinence sociale et culturelle. Questionnons comment les marques peuvent améliorer ce « nouveau normal » pour en émerger comme de vraies leaders.

Vie de cartier