La relance de l’industrie du détail

La relance du secteur du détail suscite beaucoup de spéculations et d’interrogations, tant au niveau du déploiement du déconfinement que des performances économiques de l’industrie. Si la distanciation sociale a accéléré le taux d’adoption du commerce en ligne, générant notamment une croissance de 129 % des transactions effectuées en ligne aux États-Unis et au Canada, qu’en sera-t-il de la reprise au niveau du commerce de type brick and mortar?

Si les résultats préliminaires des performances de ventes des magasins semblent encourageants, la faible confiance des Canadiens dans la reprise économique, jumelée à la volonté de réduire les dépenses discrétionnaires de l’ordre de 50 à 70 % annuellement, laisse présager une reprise des affaires somme toute assez brève.

En période de déconfinement, les consommateurs semblent se ruer sur des items saisonniers ou qui ont manqué durant le confinement. Les boutiques de vélos affichant les meilleurs résultats en 50 ans en sont la preuve.

C’est d’ailleurs sans surprise la catégorie de produits nommés « nouveaux essentiels » — à savoir ceux qui permettent d’être mieux à la maison ou encore d’apprécier son quotidien confiné — qui auront connu la plus forte croissance (aux alentours de 50 % de croissance).

Mais, tout ceci risque fort de n’être que temporaire. Et malgré l’apparition de nouvelles tendances et de l’intérêt pour ces nouveaux produits essentiels, beaucoup d’entreprises devront tout de même redoubler d’efforts dans les mois à venir si elles souhaitent rattraper un Q4 d’une année fortement chamboulée.

S’il est tentant de mettre tous les efforts dans la sauvegarde des performances financières à court terme, les stratégies de revenus à courte échéance entraînent un risque sur la marque et sa perception dans le plus long terme. La balance entre privilégier la performance des revenus court terme versus entretenir la marque et un bassin de consommateurs à long terme sera un exercice de taille pour beaucoup d’entreprises dans le domaine du détail.

Vie de cartier